Une femme dénonce un party pour son agresseur

Une victime d’agressions sexuelles est scandalisée qu’un bar de Montréal encourage la culture du viol en organisant un « party » pour amasser des fonds en prévision de la sortie de prison de l’homme qui a « anéanti » sa vie.

« J’ai vraiment eu l’impression de me faire rire dans la face, lance Martine Beaudet-Aune. C’est tellement un manque de respect envers toutes les victimes d’agression sexuelle. »

Le 6 mars dernier, deux jours avant la Journée internationale des femmes, le TRH-Bar de Montréal organisait une soirée « Free Steve » pour amasser de l’argent pour la « réinsertion » d’un ancien employé de l’endroit, Steve Bouchard.

Délinquant sexuel

« Cet homme a anéanti ma vie », confie sa victime, qui l’a rencontré pour la première fois lorsqu’il était portier.

En mars 2017, il a été condamné à 18 mois de prison, notamment pour trois chefs d’agressions sexuelles et trois autres pour agression armée sur Mme Beaudet-Aune alors qu’ils formaient un couple.

Le juge Gilles Garneau a également ordonné qu’il figure à vie au registre des délinquants sexuels.

« C’est aberrant comme situation. Ils font la promotion de la culture du viol et de la maltraitance envers les femmes. Dans la foulée du mouvement #MoiAussi, c’est tellement déplacé », soutient la victime, une étudiante en criminologie de 25 ans.

D’autant plus que la soirée semblait se dérouler sous une thématique carcérale, selon des photos diffusées sur Facebook.

views : 220 | images : 1 | Bookmark and Share


Enter your comment below