Sauver des vies en stoppant les hémorragies

Préoccupés par la prolifération des tueries de masse aux États-Unis, deux Québécois veulent former la population à intervenir en cas de blessures graves en s’inspirant d’une campagne nationale américaine.

« Ça peut sauver des vies. Une personne peut mourir en l’espace d’une minute en perdant son sang et la plupart des gens ne savent pas quoi faire », lance le thérapeute du sport Marc-Antoine Doré.

Le professionnel de 29 ans est le premier instructeur « Stop The Bleed » enregistré au Québec. La Maison-Blanche a lancé cette campagne en 2015, en réponse aux nombreuses attaques de masse aux États-Unis.

Elle vise à former et équiper la population pour intervenir avant l’arrivée des secours quand une personne saigne abondamment. Près de 20 % des blessés qui meurent au bout de leur sang auraient pu survivre avec un contrôle rapide du saignement, indique-t-on sur le site internet du programme.

Expérience personnelle


« Les Américains se sont dit : “Ça n’a pas de sens, nous avons des outils pour contrôler des saignements et c’est une mort qui peut être évitée” », explique M. Doré.

La formation est offerte dans les écoles et autres établissements publics où des trousses d’intervention sont accrochées au mur, à l’instar des extincteurs portatifs.

M. Doré s’y est intéressé après avoir été témoin d’un cafouillage des secours lorsque sa conjointe a été victime d’une hémorragie grave à la maison.

« Je lui ai appliqué un garrot. Les policiers sont arrivés, ils ont dit qu’il fallait le lui enlever, les ambulanciers ont ensuite dit qu’on devait lui tenir le bras en l’air, puis à l’hôpital, on lui a remis le garrot », raconte-t-il.

M. Doré s’est donné pour mission de propager l’enseignement avec son complice François Robert, qui est policier, dans le but de standardiser le traitement.

« Au Québec, on est chanceux, car nous n’avons pas beaucoup de cas de tireurs actifs. Mais on travaille en mode prévention. On voudrait que le programme soit intégré dans toutes les écoles », explique M. Robert.

Première formation au Québec

Le duo offrira une première formation gratuite au personnel de l’école secondaire De Mortagne, à Boucherville, le 28 mars.

L’atelier d’un peu plus d’une heure permet, entre autres, d’apprendre à manipuler un garrot et à introduire des gazes dans des plaies ouvertes sur soi-même ou sur une autre personne. Une trousse est aussi remise à l’établissement.

« C’est une intervention qui est très douloureuse pour la victime, mais c’est une question de vie ou de mort. Une des causes de décès est lorsque l’intervenant ne serre pas assez fort », prévient M. Doré.

Des étudiants de la faculté de médecine de l’Université de Montréal ont aussi demandé à recevoir l’atelier, mais aucune date n’est fixée.

Le projet en est encore à ses balbutiements, mais M. Doré estime qu’il risque de rapidement prendre de l’ampleur au Québec.

Le ministre de l’Éducation, Sébastien Proulx, a octroyé une subvention en novembre pour que les écoles puissent former tous leurs élèves de secondaire 3 à la réanimation cardiorespiratoire (RCR).

« C’est une excellente initiative et je pense, par exemple, qu’intégrer le “Stop The Bleed” à cette formation serait une bonne idée », indique le thérapeute.

views : 229 | images : 1 | Bookmark and Share


Enter your comment below